Départ en vacances ©Moiselle Isaure

Départ en vacances ©Moiselle Isaure

 

Le départ en vacances…

Demain, je quitte le territoire français pour une semaine de vacances. La dernière fois que je suis partie à l'étranger, c'était il y 4 ans, quand mes parents nous ont emmenés en famille déguster des tapas à la frontière espagnole. Je m'en souviens encore, je me sentais si dépaysée, les gens parlaient une autre langue et le jambon avait un goût de jambon. Puis je suis devenue freelance.

Là, ce n'est pas que je n'ai plus eu envie de découvrir le Monde, ah ça, j'en avais follement envie ! Le problème c'est que je n'ai plus eu ni de sous, ni de temps, ni d'énergie. Ces trois critères essentiels au voyage sont partis dans le développement de mon activité. 

Alors le voyage que je suis sur le point d'entreprendre, je l'attends comme le Messi. Je ne sais même plus à quoi ressemble un avion ! J'économise depuis un an pour mettre 350 euros de coté et suis excitée comme un poux à l'idée de faire ma valise, sortir de la cave mes maillots de bains, mes palmes et ma crème solaire, abandonner mon ordinateur et ma tablette, prendre l'avion et mettre mes doigts de pied en éventail sur le sable blanc. Mais un matin, ce qui devait arriver arriva. Mes deux amis, très occupées et jugeant que comme je travaillais chez moi, j'avais le temps, m'ont demandée de réserver rapidement le logement. Prise de panique, j'ai d'abord demandé si elles étaient sûres d'être occupées au point de me laisser cette responsabilité, elles m'ont répondu que oui. Je n'avais pas le choix, j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai réservé. 

Ne sachant que faire de tous ces choix sur Airbnb, j'ai opté pour le meilleur plan budget :  une yourte en plein bois. C'est pas tous les jours qu'on peut vivre une expérience aussi insolite ! Mes amies n'ont pas été très réceptives "c'est à 34 km du centre donc impossible de sortir ni faire quoi que ce soit, y a pas de toilette, pas de douche, pas de wifi impossible de trouver un taxi pour le retour à l'aéroport, on va se faire dévorer par des moustiques et autre phacochère, t'es vraiment nulle" et j'en passe.

Alors d'accord, ce n'est pas le plus pratique mais au moins ça nous aurait dépayser un peu. Pour finir, j'ai dû tristement renoncer à ma yourte et craquer mon PEL dans une auberge de jeunesse huppée. Et tout bien réfléchi... une yourte sans wifi, je ne sais pas si j'en aurais été capable...